N & E
Napoléon & Empire

1794-1795. Le Général Vendémiaire

Chronologie de l'ère napoléonienne : [Chrono-galerie] [1769-1788] [1789-1793] [1794-1795] [1796] [1797] [1798] [1799] [1800] [1801] [1802] [1803] [1804] [1805] [1806] [1807] [1808] [1809] [1810] [1811] [1812] [1813] [1814] [1815] [1816-1821] [1840]
L'Eglise Saint-Roch à Paris
L'Eglise Saint-Roch à Paris
Agrandir

1794

25 février 1794 – Un député marseillais, Francois Omer Granet, dénonce Napoléon Bonaparte à la Convention ; il lui reproche d'avoir proposé de rénover « les bastilles marseillaises » (les forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, commandant l'entrée du port de la cité phocéenne).

24 mars 1794 – Le général Bonaparte reçoit le commandement de l'artillerie de l'armée d'Italie.

5 avril 1794 – Le frère cadet de Maximilien Robespierre, Augustin, représentant en mission à l'armée d'Italie, écrit à son aîné pour faire l'éloge du « citoyen Buonaparte, général d'un mérite transcendant ».

21 mai 1794 – Le plan de la campagne d'Italie, qui sera signé par Augustin Robespierre et ses collègues Ricord et Laporte, est rédigé à Colmars (Basses-Alpes) par Bonaparte.

27 juillet 1794 – Arrestation des frères Robespierre, qui sont exécutés le lendemain.

6 août 1794 – Napoléon Bonaparte est suspendu de ses fonctions et arrêté ; il est inculpé de complicité avec les frères Robespierre, mis hors la loi dix jours plus tôt, et enfermé au Fort-Carré d'Antibes  (ou dans une maison voisine). – 20 août 1794 – Il retrouve la liberté... – 30 août 1794 –... et ses fonctions.

1795

29 mars 1795 – Le général Bonaparte reçoit le commandement de l'artillerie de l'armée de l'Ouest.

21 avril 1795 – A Marseille, Napoléon se fiance avec Désirée Clary, dont la soeur Julie a épousé l'année précédente Joseph Bonaparte.

13 juin 1795 – Bonaparte refuse sa nomination comme général d'infanterie à cette même armée de l'Ouest... –  15 juin 1795 –... et obtient un congé de convalescence. Durant cette mise en disponibilité, il loge à l'hôtel de la Liberté, rue des Fossés-Montmartre (de nos jours au 11 rue d'Aboukir)  .

18 août 1795 – Le bureau topographique du Comité de Salut public s'attache ses services ; Bonaparte y succède à Lazare Carnot et se forme à la haute stratégie. – 30 août 1795 – Appuyé par un rapport élogieux de Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant, responsable de la Guerre au Comité, Napoléon Bonaparte propose de se rendre en Turquie pour y organiser l'armée ; aucune suite ne sera donnée à cette offre.

15 septembre 1795 – Le nom de Bonaparte est rayé de la liste des généraux employés ; on lui reproche son « refus de se rendre au poste qui lui a été assigné ».

5 octobre 1795 – Paul-François de Barras, général en chef de l'armée de l'Intérieur depuis la veille, lui remet le commandement des forces destinées à réprimer l'insurrection des sections royalistes à Paris ; c'est Carnot qui l'a recommandé pour cette mission. Secondé par Guillaume Marie-Anne Brune et Joachim Murat, Bonaparte vient à bout des quelques 25 000 insurgés grâce à l'usage énergique qu'il fait de son artillerie ; après trois quarts d'heure de mitraille, quelques 300 royalistes sont tués, en particulier sur le parvis de l'Eglise Saint-Roch , rue Saint-Honoré, les autres ayant pris la fuite. –  6 octobre 1795  – A deux heures du matin, Napoléon écrit à Joseph, son frère : « Tout est terminé... Comme à mon ordinaire, je ne suis nullement blessé ». –  10 octobre 1795 – Barras fait devant la Convention l'éloge du général « Buona-Parte » ; il demande et obtient que sa nomination soit confirmée. –  15 octobre 1795 – Napoléon Bonaparte rencontre chez Barras la maîtresse de celui-ci, Marie-Josèphe-Rose de Tascher de La Pagerie, veuve Beauharnais. –  16 octobre 1795 – Il est promu au grade de général de division. –  26 octobre 1795 – Il succède à Barras comme commandant en chef de l'armée de l'Intérieur.

3 novembre 1795 – Entrée en fonction du Directoire, composé de Paul-François de Barras, Jean-François Reubell (ou Rewbell), Louis-Marie La Révellière-Lépeaux, Etienne-François Le Tourneur (ou Letourneur) et Lazare Carnot (ce dernier remplaçant Emmanuel-Joseph Siéyès, qui a refusé son élection)

Il suffit de positionner le curseur sur n'importe quelle date pour qu'une info-bulle indique automatiquement la date correspondante dans le calendrier révolutionnaire.
Année suivante : 1796
Version mobile du site.
Version standard

Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]